Vivre avec l’hyperhidrose… (L’hyperhi… quoi ?)

L’hyperhidrose – ou transpiration excessive – touche un peu plus de 220 millions de personnes dans le monde.
Presque 8 millions d’Américains et près d’un million de Canadiens souffre de ce problème de santé.

J’en fais partie.

L’hyperhidrose est un problème de santé. Les personnes affectées souffrent d’une transpiration plus abondante que ce dont le corps aurait normalement besoin pour maintenir une température normale. Cette affection touche près de 3 % de la population, soit près de 950 000 Canadiens, dont environ 300,000 qui souffrent d’une forme grave de la maladie.
L’hyperhidrose affecte la productivité au travail, la confiance, le confort social, le bien-être émotif et les choix d’habillement. Des études démontrent que l’hyperhidrose affecte la qualité de vie de façon similaire ou davantage que d’autres maladies dermatologiques bien connues, comme l’acné grave ou le psoriasis.
Source : Association canadienne de dermatologie

J’ai la chance de ne pas souffrir de la forme généralisée (aussi appelée « hyperhidrose secondaire »); dans mon cas, ce sont les aisselles, le visage et la région de l’aine qui sont les parties de mon corps les plus affectées par cette condition.

L’hyperhidrose généralisée/secondaire est souvent causée par des facteurs externes, de problèmes endocriniens aux dommages nerveux, en passant par la ménopause et… l’obésité.


Ça veut dire quoi, concrètement, vivre avec l’hyperhidrose… ?

Je ne peux pas porter les vêtements que je veux/que j’aime :

Non seulement à cause des infâmes ronds de sueurs sous les bras, mais aussi parce que certaines matières dégagent des odeurs profondément nauséabondes lorsqu’en contact avec la sueur.
Imaginez comment ça peut-être gênant de laisser une empreinte humide après avoir été assise longtemps au même endroit.
Et vous trouvez que c’est difficile de trouver les bons vêtements pour faire du sport ?  Vous n’avez pas idée du niveau de complexité que représente pour nous l’achat de vêtements de sports appropriés à notre condition…


Les désodorisants sont absolument inutiles et l’antisudorifique régulier ne suffit pas à la tâche :

J’ai besoin des produits puissants.  Catégorie « clinique » ou alors carrément prescrits.
Bonne nouvelle : l’effet de ces produits augmente avec l’utilisation et contribue à réduire la transpiration, particulièrement au niveau des aisselles.


Au moindre changement de température, j’ai le visage en sueur :

Même l’hiver quand il fait -30°C, quand je rentre enfin à l’intérieur, j’ai le visage mouillé.
Et c’est immanquable, on me demande à chaque fois comment je peux suer dans un froid pareil.
Imaginez mon cauchemar pendant les canicules…


Dans les situations faisant transpirer le commun des mortels, je sue ma vie par tous mes pores :

À quoi je ressemble au gym, d’après vous…
Pensez aussi à l’impression que les gens peuvent avoir de moi si je parle en public ou lors d’une entrevue d’emploi ! La transpiration excessive peut avoir un effet négatif réel sur les interactions sociales et la confiance en soi de la personne qui en souffre.


Impossible de porter du maquillage :

Même le mascara le plus hydrofuge sur le marché finira par couler si je vais dancer.  Donc à moins de vouloir ressembler à un clown tout droit sorti de l’enfer, je vis au quotidien avec mon visage tel qu’il est.  En cas de bouton, je tente de le camoufler un peu, mais je sais trop bien que le subterfuge ne durera pas très longtemps.
Vous me voyez donc telle que je suis vraiment !


Je trimballe toujours une petite serviette (ou une débarbouillette) avec moi :

Pour essuyer mon visage.
Parce qu’une fois enclenchée, ça peut prendre jusqu’à 30 minutes pour que la transpiration s’arrête. Si je ne fais pas ça…


On me demande constamment si j’ai chaud ou pourquoi je sue autant :

Les enfants, les adultes, tout le monde semble fasciné par l’ampleur de ma transpiration.
Heureusement, ça ne sent pas !


Si on se rencontre et que je vous sers la main plutôt que de vous embrasser…
Croyez-moi, c’est pour votre bien
et pour éviter ce qui pourrait autrement devenir un  gros malaise !

kiss

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une pensée sur “Vivre avec l’hyperhidrose… (L’hyperhi… quoi ?)

  • 15 août 2016 à 3:16
    Permalink

    I am so glad you shared your experience and I totally feel you. I love your blog!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *