Essaie pas, Eric Salvail …

Je ne peux pas croire qu’à d’aussi nombreuses reprises, ne serait-ce que pendant 2 minutes, tu t’es imaginé que c’était NORMAL de te sortir la « zouine » dans un milieu de travail. Surtout quand t’es le boss. Et là, tout d’un coup, tu te surprends que ç’a choqué, dérangé du monde ? Essaie pas, Eric Salvail …

En fait, juste pour que tu saches, y’a pas grand’place où c’est correct d’exposer ton pénis. Je te fais une petite liste d’endroits et de circonstances appropriés, vite vite…

  • Chez un médecin / un urologue (si t’as un problème avec ton pénis, évidemment, pas parce que tu trouves l’infirmier de ton goût quand il se penche…)
  • Dans certains bars de danseurs nus (mais juste si tu travailles là et que tu as le droit de le faire à titre de stripper… Pas si tu es un client de la place, tsé…)
  • Dans le cadre d’une relation sexuelle consentante (qui t’implique, bien sûr…)
  • Quand tu es seul, dans un endroit et que tu ne t’exposes pas à personne qui n’a pas demandé de voir ton sexe (oui, ça inclut quand tu es aux toilettes. Et dans les toilettes publiques ou les loges, on verrouille les portes, OK?)

Y’a des exceptions là. Mais ça couvre pas mal quand même…


Si t’as des doutes… Si tu n’es pas 100 % sûr que c’est approprié de te montrer le pénis, abstiens-toi.… Au moins le temps de te poser la question. S’il faut, avec tout l’argent que t’as, engage quelqu’un à qui tu pourras poser la question. Mais devoir se poser la question, c’est pas mal y répondre.

Dis-toi une chose. Y’a jamais rien qui a été sauvé en montrant son pénis qui n’aurait pu être sauvé autrement. « Ben là… Y s’est jamais montré le pénis en public… Pas étonnant qu’il n’a pas réussi dans la vie! » (Said no one ever.)

En fait, à partir du moment où tu travailles, où tu es en position d’autorité sur des gens, où tu retrouves dans un contexte professionnel ou à titre de « vedette », m’semble que c’est clair. C’est NON.


Tu dois être soulagé en regardant ta page Facebook. Tes fans t’aiment. Ils/elles te pardonnent. Certain(e)s ne voient même pas ce que tu as fait de mal. Fiou. Ce n’est pas tout le monde qui a envie de te fouetter, de te tirer des roches sur la place publique. Ben oui, toi chose. Des MILLIERS de personnes te déclarent ouvertement leur amour, leur soutien, leur admiration inconditionnelle en ce moment sur ta page Facebook.

(Littéralement des milliers.)

« Bravo pour ton courage ! »
Est-ce que c’est du courage que d’admettre qu’on a un comportement inacceptable, voire criminel, quand y’a sûrement quelqu’un, quelque part, qui t’as dit au moins une fois que c’était pas approprié ? (« Admettre », entendons-nous… Il n’a comme pas eu le choix de réagir avec les récentes allégations.)

« Guéris-toi et reviens vite! Tu vas nous manquer ! »
J’ai des p’tites nouvelles pour toi mon pit… Ce dont tu souffres, ce n’est pas d’un cancer de la prostate.
Dan Bigras souffre d’un cancer (mais pas de la prostate). Dirigez donc vos bons souhaits vers lui, tiens…

essaie pas eric salvail


Dans le meilleur des cas…

Dans le « meilleur » des cas, ce que tu as, c’est une forme d’affection psychologique ou psychiatrique. Genre, un trouble des habitudes et des impulsions… Quelque chose dans ce style-là.

(S’cuse, j’suis pas psychologue ou psychiatre. Je peux pas t’aider plus que ça. J’te rends déjà pas mal service, je trouve…)

Si c’est ça, t’as du chemin à faire pour guérir. Et, devine quoi ? Beaucoup de médicaments destinés à soigner ce genre d’affection, tu seras chagriné – ou soulagé ? – de l’apprendre, démolissent la libido et la drive sexuelle. (Sans joke.)

Et le pire…?

Et dans le pire des cas, ce que tu as, c’est quoi ? Je dirais un profond manque de jugement. Et j’ai bien peur que ça, ça soit plutôt incurable comme « maladie ». On peut pas s’en faire greffer, du « bon sens ». Ça existe pas en comprimés non plus.


Aux fans qui te restent…

À ces fans invétérés qui disent que les haters sont juste jaloux de ton succès. Que c’est pour ça que ces haters se réjouissent de ta chute… Wow. J’admire votre capacité inconditionnelle au pardon et à la rédemption d’autrui. Mais ça ne vous tente pas d’aller admirer, d’aller défendre des gens qui N’ONT RIEN FAIT DE MAL ? D’aller apprécier et donner de votre temps et de votre amour à du monde qui n’a pas d’horrible squelette dans son placard ? (Que ce soit bien clair : une victime silencieuse n’est pas une personne qui a un squelette dans son placard. C’est plutôt une personne qui a des ecchymoses sur l’âme et qui souffre.)

Posez-vous donc la question… Si Eric Salvail et son pénis avaient sévi sur un(e) de vos proches, auriez-vous le même discours ? Blâmeriez-vous des supposés « jaloux » de se réjouir de sa chute ? J’en doute…


Note : ce texte est basé sur les allégations récemment exposées par les médias d’inconduites sexuelles commises par Eric Salvail. Ces allégations n’ont pas fait, pour le moment, l’objet d’une enquête policière, selon les informations qui ont filtré à ce jour.


Ressources pour les victimes d’agressions sexuelles au Québec :
1 888 933-9007  –  Région de Montréal : 514 933-9007 ou PAR ICI


Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :