🔹 Coups de masse de 2018 🔹




Pourquoi une liste de mes coups de masse de l’annĂ©e 2018 ?

Parce qu’il ne faut pas oublier.
Pour faire avancer les choses.
Question d’Ă©viter de rĂ©pĂ©ter les (mĂȘmes) niaiseries.

Et si vous voulez, du beau, ne vous inquiĂ©tez pas. J’ai prĂ©vu le coup, haha !
(Faut pas juste chialer dans la vie, hein?
Par ici pour lire sur ♄ Mes coups de coeur 2018 ♄


La grossophobie de Marianna Mazza

En mars dernier, Marianna Mazza s’est lancĂ©e dans un commentaire grossophobe cheap sur les gros(ses) passager(Ăšre)s en avion…

TrĂšs dĂ©cevant d’une femme qui en avait contre les « beach bodies » et ses « complexes trop prĂ©sents » moins d’un an avant cette rĂ©action sur Facebook ! Je me suis sentie particuliĂšrement interpellĂ©e par cette attaque mesquine et anodine d’une grosse passagĂšre. Parce que ça aurait trĂšs bien pu ĂȘtre… moi. Et que se faire ridiculiser dans les mĂ©dias sociaux par une personnalitĂ© publique sans mĂȘme le savoir m’a semblĂ© particuliĂšrement horrible.

Vous me connaissez, je n’ai pas pu m’empĂȘcher de rĂ©pondre

P.S. Saviez-vous que Sophie Durocher adore Mariana Mazza ? Ça ne s’invente pas…


Le commentaire de la mannequin taille plus Joby Bach sous le vidéo de Gabrielle Lisa Collard et Julie Artacho pour le Spécial Extraordinaire 2018 du magazine Urbania

Joby Bach, une des mannequins taille plus les plus connues du monde, est grossophobe. Elle croit que « les grosses devraient juste arrĂȘter de se justifier du « pourquoi » elles sont et veulent rester grosses et simplement assumer leur mauvais mode de vie ». (Vous m’excuserez, j’ai corrigĂ© les fautes dans la citation.)

Faudrait que quelqu’un lui rappelle que si elle est mannequin taille plus, c’est Ă  cause de femmes, des Gabrielle et des Julie, et de toutes celles qui ont exigĂ© des vĂȘtements dans leur taille. Et qui ont exigĂ© que ces vĂȘtements soient prĂ©sentĂ©s sur des mannequins plus curvy.

Je sais pas si Joby Bach connaĂźt l’expression « mordre la main qui nous nourrit ». En jugeant et en discriminant Ă  l’encontre des grosses, c’est au public qui la fait vivre qu’elle s’attaque. Et ce sont les marques qui l’embauchent qu’elle fait mal paraĂźtre.

(Cliquez l’image pour la voir en grand format)

Pour reprendre les mots d’un de mes tweets sur la question…
« Quand on vit aux dĂ©pens des grosses, Mme Bach, on essaie de faire preuve de gratitude. Ou on se tait. Mais cracher sur les femmes qui vous permettent d’exister (parce que mĂȘme vous, vous ĂȘtes sans doute « la grosse de quelqu’un d’autre »), c’est UN MANQUE DE RESPECT IMPARDONNABLE. »

Par la suite, Bach s’est lancĂ©e dans une sĂ©rie de stories sur Instagram oĂč elle s’en prenait Ă  Julie Artacho qui avait dĂ©noncĂ© publiquement sa grossophobie…

P.S. Est-ce que je suis la seule qui trouve sa plug de son passage aux Francs Tireurs particuliĂšrement cheap… ?


Quand l’acceptation de soi passe pour de la diversitĂ© corporelle…

À plusieurs reprises cette annĂ©e, on a vu des magazines, des marques et plein d’autres projets surfer sur la vague de la diversitĂ© corporelle… tout croche. Notamment en confondant « diversitĂ© corporelle » et « acceptation de soi », deux choses en soi complĂštement diffĂ©rentes. Quand des femmes considĂ©rĂ©es comme « traditionnellement belles » – i.e. minces, fĂ©minines, jeunes, etc. – nous disent qu’elles acceptent enfin leur cellulite, c’est de l’acceptation de soi. Une personne « traditionnellement belle » dit qu’elle accepte ses petits dĂ©fauts ? Petits dĂ©fauts qui sont souvent invisibles pour le reste du monde ? Ça ne relĂšve pas de la diversitĂ© corporelle.

Parce que mĂȘme Gisele Bundchen, des fois, elle doit se trouver quelque chose de moche. Ce qui n’empĂȘche pas la planĂšte entiĂšre de (continuer Ă ) la trouver magnifique. Et, entendons-nous, c’est la derniĂšre personne qu’on associe Ă  l’image de la diversitĂ© corporelle… parce qu’elle est la quintessence du standard actuel de beautĂ©…

Pour en lire un peu plus sur le sujet, jetez un oeil Ă …
Faut qu’on parle de la (vraie) diversitĂ© corporelle


Mimi & August et le meme grossophobe

La compagnie montrĂ©alaise se targuait d’ĂȘtre inclusive des corps qui sont autrement ignorĂ©s… À un point tel que la compagnie s’est retrouvĂ©e nominĂ©e pour un prix IMAGE/in du groupe Équilibre. Un prix qui « fĂ©licite les entreprises quĂ©bĂ©coises en faveur d’une reprĂ©sentation saine et diversifiĂ©e du corps dans le monde de la mode, des mĂ©dias et de la publicitĂ©. »

Sauf que… quelques jours avant le gala de remise des prix, la compagnie a publiĂ© un meme grossophobe sur leur page Facebook… #Fail

Et les Dix Octobre, Manal Drissi, Julie Artacho et compagnie n’ont (heureusement) pas tardĂ© Ă  rĂ©agir.  (Comme vous le voyez, j’y ai rĂ©agi aussi.) 

La compagnie a finalement effacĂ© sa publication. Et publiĂ© un message d’excuses oĂč on parlait de « maladresse Ă  l’Ă©gard de la clientĂšle ». Ah oui… Et ils ont (discrĂštement) retirĂ© leur nomination au prix IMAGE/in.

Je dĂ©plore profondĂ©ment l’absence totale de responsabilitĂ© des personnes en charge de la marque. Mimi & August a-t-elle autant Ă  coeur la diversitĂ© corporelle que son message le prĂ©tend ? J’en doute. Sinon, la compagnie aurait naturellement – mais surtout, RAPIDEMENT – rĂ©alisĂ© que cette publication n’aurait jamais dĂ» voir le jour.


La bonne nouvelle dans tout ça…

C’est qu’en 2018, on a dĂ©noncĂ© ces situations. Que les femmes ont choisi de dire « ÇA SUFFIT ! ». Que, collectivement, on commence Ă  trouver ça anormal d’ĂȘtre ridiculisĂ©e, Ă©coeurĂ©e, discriminĂ©e Ă  cause de notre tour de taille.

Il y a 10 ans, est-ce que ces rĂ©actions auraient Ă©tĂ© possibles ?
J’en doute.

Et ça, ça me donne beaucoup d’espoir pour 2019…




Soyez le premier Ă  commenter

Leave a Reply - Votre réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.