Le défi « rien dans la soute » : les faits

CONSULTEZ ÉGALEMENT :
Le défi « rien dans la soute » : les chiffres 

pour les détails des allocations bagages des différentes compagnies aériennes!

Afin de relever le défi « rien dans la soute », qui consister à transporter tous vos bagages dans un sac autorisé en cabine, des sacrifices seront requis:

Lames, ciseaux & autres objets pointus/tranchants:
-Les couteaux de poches/couteaux suisses, incluant les outils multi-lames ayant des lames sont interdits à bord
-Les ciseaux sont restreints à une longueur de 10 cm (4 pouces), mesuré à partir de l’axe central
-Les rasoirs jetables sont maintenant autorisés, mais mieux vaut vérifier, au cas où cela aurait changé depuis la parution de ce billet
-Les outils (tournevis, pinces, etc.) de plus de 17 cm (7 pouces) ne sont pas permis à bord

 NOTE : Les règles ne sont pas explicites quant aux limes (ex. lime à ongles) en métal; à transporter à vos risques!
Cliquez l’image pour visiter le site de la sécurité dans le transport des États-Unis (en anglais & espagnol seulement)

Liquides, gels, lotions, pâtes, aérosols, glues, boules à neige (snow globes)… voyez ce que je veux dire?
-La règle d’or est le 3 – 1 – 1 : des contenants de 3 oz (100 ml) maximum, dans 1 sac de 1 litre.
-Tous les médicaments, incluant certaines exceptions (voir encadré plus bas) devrait être regroupé dans un seul contenant, prêt à être inspecté par le personnel de la sécurité aéroportuaire.  Il est souvent plus pratique de transporter plusieurs petits formats qu’on éliminera en route, au fur et à mesure qu’ils se vident. (Un seul contenant grand format prend le même espace, qu’il soit rempli ou à moitié vide.)
-Quelques alternatives vous permettront de diminuer la quantité de liquide à transporter: une barre de savon solide (plutôt qu’un gel douche), du shampoing/revitalisant/détergent « en feuilles » (voir ce billet pour plus d’infos) ou alors des versions solides de ces produits (LUSH a une belle collection de produits solides).  Vous pouvez également utiliser des bâtons de crème solaire (assurez-vous qu’ils ont un facteur de protection solaire suffisant) et opter pour une barre de massage comme hydratant et pour du parfum « solide » (attention de les transporter dans les bons contenants, car ces produits peuvent ramollir ou fondre à la chaleur).
-Si, comme moi, vous aimez votre antisudorifique très puissant et tenez à votre dentifrice, vous devriez être en mesure de transporter ce qu’il vous faut si vous avez remplacé plusieurs produits liquides par leurs équivalents liquides… La beauté des produits solides réside dans le fait qu’ils ne requièrent que peu d’espace et qu’ils diminuent en volume et en poids en cours de route.  En planifiant bien, vous finirez votre voyage avec des restes insignifiants que vous pourrez simplement débarasser avant de reprendre la route du retour.  De plus, les produits solides éliminent les risques de fuites.

NOTE : Certains liquides sont exemptés de la règle 3 – 1 – 1, notamment la solution de trempage à verres de contact (mon vieil ennemi juré!), certains onguents/crèmes prescrit(e)s et la plupart des médicaments:
« Medically required liquids, such as medications, creams and breast milk, are permitted to be brought on board an aircraft. It is not necessary to place medically required liquids in a zip-top bag. However, travelers must tell the TSA officer at the beginning of the screening process that they wish to bring medically necessary liquids in excess of 3.4 ounces in their carry-on bag.  Liquids, gels and aerosols are typically screened by X-ray and medically necessary items in excess of 3.4 ounces will receive additional screening. » (Source: TSA.gov)

Gadgets:
-On se limite à l’essentiel.  Rien de trop volumineux, de pointu ou de lourd.

Vêtements & chaussures:
-Optez pour des couleurs neutres (je choisis généralement des pantalons/jupes/bermudas noirs, gris ou beiges agencés avec des hauts un peu plus colorés, afin qu’à peu près tout s’agence)
-Pour les voyages en pays frais/froids: pensez multi-couches (j’opte habituellement pour une veste chaude de couleur neutre et un coupe-vent – doublé ou non, selon la météo prévue -; ainsi je peux porter la veste OU le coupe-vent OU les deux, lorsque nécessaire).
-Les tissus synthétiques sont vos amis : on entend souvent que les fibres naturelles (coton, lin, etc.) sont à privilégier, mais les vêtements taillés dans ces tissus prennent une éternité à sécher, sont plus lourds, plus froissables et plus volumineux!  L’élathanne (Spandex/Lycra), le nylon, le polyester et autres tissus synthétiques sont plus légers, sèchent vite et sont souvent peu/pas froissables, en plus d’occuper moins d’espace et d’être moins lourds. (Cette règle s’applique aussi aux sous-vêtements!)  La rayonne de bambou est un choix intéressant pour les fans des fibres naturelles qui refusent de se convertir au synthétique, mais les choix sont encore assez limités, particulièrement dans les taille plus.
-Le moins de chaussures possible: 1 paire de souliers/bottes de marche de qualité, bien assouplies et 1 paire de sandales de qualité (ex. Birkenstock ou sandales multi-sports) si on va dans les pays plus chauds.  On peut y ajouter, au besoin, des sandales « flip flops » à faible coûts dépanneront en cas de douches douteuses; vous pourrez en disposer avant de revenir à la maison pour libérer de l’espace dans les bagages.

Accessoires:
-Verre fumés: des lunettes à faible coût peuvent très bien protéger vos yeux contre les rayons UV (un optométriste avec laboratoire sur place pourra les tester pour vous); j’ai des lunettes de style Ray-Ban Wayfarer payées moins de 10 $ (elles apparaissent sur la photo en bas de page) et un bon étui, et ça suffit amplement.
-Bijoux : on évite ou on limite.  On opte pour des bijoux de peu de valeur (ex. acier inoxidable) et sans grande valeur sentimentale.  Une fausse alliance pourra aussi être utile pour éloigner les « charmeurs de grands chemins »!
-Châle/écharpe : un accessoire multi-fonction, on essaie de choisir une teinte qui s’agencera avec tout (ou avec rien; comme mon écharpe du Guatemala qui me suit partout), qui ne se salira pas trop vite (on évite le blanc!) et assez grande pour bien se couvrir, en cas de temps frisquet.  Cette écharpe sera également utile lors de la visite de lieux saints/spirituels nécessitant une certaine « modestie ».

Reste plus qu’à tenter l’expérience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *