Quand les stars du fat acceptance optent pour « LA » chirurgie…




Au cours des dernières années, plusieurs des femmes qui avaient été projetées à l’avant du mouvement fat acceptance ont opté pour la chirurgie bariatrique (« chirurgie de l’obésité ») ou perdu du poids de façon importante :  Melissa McCarthy, Gabourey Sidibe, Roseanne Barr, Ashley Nell Tipton… Plus récemment, l’activiste féministe et body positive Roxane Gay a décidé, à son tour, de passer sous le bistouri.

Quand j’ai appris la nouvelle, ça m’a profondément remuée. Possiblement parce que je suis plus familière avec son oeuvre (en comparaison avec Tipton ou Barr, par exemple). Et sans doute aussi parce que j’ai un immense respect pour ses contributions à la cause du droit des femmes et du size acceptance. Et, honnêtement, je ne m’attendais pas à ça de sa part.

Égoïstement, je me suis questionnée… Qu’est-ce qui nous attend, après que l’on ait « perdu » une telle figure de proue ? Qu’adviendra-t-il de « nous », les autres gros(ses), « abandonné(e)s » en chemin ? Vers qui on se tourne maintenant ?


Porter le poids du monde…

Gay a fait un choix personnel. Celui de ne plus vivre dans un corps qui la rendait plus malheureuse qu’heureuse. (Elle a cité d’autres facteurs aussi). Ce qu’il est essentiel de se rappeler, c’est que le choix de Gay (de Barr, Tipton, McCarthy, etc.) en est un qui lui appartient. Son corps, son choix. On le sait très bien : être gros(se) peut être la source de beaucoup de chagrin. On ne connaît que trop bien les moqueries, la haine et les jugements à l’emporte-pièce qui nous tombent dessus et nos gros corps, et à quel point ça devient rapidement un fardeau qui pèse lourd. Soyons honnêtes : combien d’entre nous avons tenté, avec ou sans succès, de perdre du poids à cause de cette même pression ? (Sans doute la majorité d’entre nous.)

Quand les stars du fat acceptance optent pour la chirurgie bariatrique


Une trahison à la cause du fat acceptance ?

Certains verront le choix de Gay (et des autres) de perdre du poids ou d’avoir la chirugie bariatrique comme une trahison à la cause du fat acceptance. Comme si elles nous avait tout simplement laissé tomber.

Ce n’est pas mon cas. Du moins, ça ne l’est plus.

J’ai dû faire pas mal de soul searching, voire un examen de conscience, en cours de rédaction de ce billet. Oui, je me suis sentie « trahie ». Comme un amer mélange de tristesse, de « deuil » et de sentiment d’abandon. Je me disais que si Roxane Gay a craqué sous la pression, alors qui restait assez fort(e) pour ne pas flancher ? Si c’en était trop pour elle, qu’en était-il de nous, qui, assoiffé(e)s de modèles, l’avions transformée en icône ? Comment résister devant l’adversité, quand même nos modèles n’en peuvent plus ?

(Cela témoigne bien de la violence qui émane de la grossophobie… au cas où il y aurait encore des gens qui auraient des doutes ! Si on ajoute à cela le fait que Gay est une femme noire, ce qui l’assujettissant déjà à la discrimination raciale et ce, peu importe sa taille… Ça en fait lourd à porter. Peu importe le poids physique.)


« Nous, le peuple… »

Quand les stars du fat acceptance optent pour la chirurgie bariatrique

Pensons-y un instant : c’est nous qui, collectivement, nous sommes collectivement rangé(e)s derrière des femmes comme Gay, McCarthy, Sidibe ou Tipton.

Parce qu’individuellement, il y a eu un déclic chez chacun de nous. Parce que leur message nous parlait. Qu’on sentait qu’elles nous représentaient. Collectivement, on leur a tendu l’oreille. Et on a fait d’elles les voix qui parleraient pour nous sur les questions de fat acceptance.

Comme individus, nous avons toujours (eu) la possibilité de rediriger notre attention vers d’autres, si une voix s’éteint, ou si son message ne nous correspond plus. Tout simplement.

Mais il ne nous revient pas de juger le choix – personnel – que ces femmes ont fait.

Si ma chanteuse préférée sort un album qui ne me plaît pas…
Est-ce que ça veut dire que je n’ai plus le « droit » d’aimer tout ce qu’elle a enregistré avant ?
Bien sûr que non.
C’est tout à fait possible – et normal – d’apprécier l’oeuvre antérieure de cette artiste.
Et rien de m’empêche d’explorer ce que d’autres artistes font et qui pourrait mieux s’aligner avec mes intérêts.

Tout comme ce fut le cas avec Paul McCartney (que j’adorais avec les Beatles et dans les premières années post-Beatles), l’oeuvre et les actions passées de Roxane Gay m’inspirent toujours. Je n’ai aucune idée de ses projets à venir, et encore moins s’ils m’accrocheront autant que ce qu’elle a fait par le passé. Et c’est tout à fait normal et acceptable.

Quand les stars du fat acceptance optent pour la chirurgie bariatrique


Même délicieuse recette, mais sans gras ?

Est-ce qu’une Roxane Gay, version allégée, pourrait toujours défendre la cause du fat acceptance ? Pourquoi pas. Parce que comme nous, elle sait très bien ce que c’est que de devoir composer avec la grossophobie. Si bien en fait, qu’elle a décidé de subir une opération qui est loin d’être sans risque. Une opération qui aura des conséquences permanentes et définitives sur le reste de sa vie (comme un risque plus élevé de suicide et/ou de développer une dépendance à l’alcool, notamment – plus de détails par ici).

Autre petit rappel : on questionne et on juge beaucoup moins durement les personnes de taille « régulière » alliées de la lutte à la grossophobie. Mais on est beaucoup plus durs lorsqu’il s’agit d’ex-gros(ses), particulièrement s’ils se sont fait entendre pour le fat acceptance avant de perdre du poids… Sans doute à cause de cette fausse impression de trahison dont j’ai fait état plus tôt.

Et certain(e)s trouveront peut-être que je pousse le bouchon un peu loin mais… Tenter de contrôler les choix corporels des autres et croire que leur taille est proportionnelle à leur capacité à défendre nos intérêts… Vous ne trouvez pas que ça ressemble étrangement à ce qui nous arrive souvent (et nous enrage), soit le fait d’être jugé (in)capable de faire ceci ou cela à cause de la taille de notre corps ?




Soyez le premier à commenter

Leave a Reply - Votre réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.